Développement durable et écoquartier

Auteurs : Janine Bellante (Conseil français des urbanistes),  Michel Chiappero (Aix Marseille Université) et Yvette Lazzeri (CNRS-AMU)…

Les notions d’écoquartier ou quartier durable font l’objet d’un intérêt grandissant en France, se traduisant par des politiques d’incitation, un appel à projets ÉcoQuartier et l’animation d’un club national par le ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, du Transport et du Logement, mais aussi par tout un foisonnement d’articles, de visites et d’échanges sur les expériences menées en France et à l’étranger. Le ministère définit l’écoquartier  comme « le développement d’un quartier durable englobant des considérations liées aux transports, à la densité et aux formes urbaines, à l’écoconstruction, mais également à une mixité sociale et fonctionnelle et à la participation de la société civile[1] ».

Le développement durable, principe directeur du quartier durable

Agir durablement, c’est engager des actions qui répondent aux principes édictés lors de la conférence de Rio en 1992 et réaffirmés lors des conférences de Johannesburg en 2002 et de Jakarta en 2007. Il s’agit de promouvoir, par l’action collective et dans la durée, un développement économique, environnemental et social, centré sur l’intérêt, les potentiels et les besoins des populations actuelles, à commencer par les plus démunies, et garantissant la préservation des ressources et le devenir des générations futures[2]. De nombreuses directives, recommandations, traités ont été signés par les gouvernements et déclinés en texte de portée nationale (Stratégie Nationale et Développement durable, lois, etc.). En France, en 1999, la «loi Voynet » intègre le principe de développement durable à la politique d’aménagement du territoire, puis en 2000, la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU) consacre son intégration au sein du droit de l’occupation du sol, en l’inscrivant parmi les objectifs assignés aux documents d’urbanisme à l’article L121-1 du code de l’urbanisme. Le Grenelle 2 engage un « verdissement » des schémas de cohérence territoriale et des plans locaux d’urbanisme, accélérant ainsi sensiblement le mouvement amorcé par la loi SRU. Cela se traduit par de nouvelles exigences en matière de protection de l’environnement mais aussi par de nouveaux mécanismes qui orientent « la croissance dans des directions plus respectueuses de l’environnement ». Cela constitue autant d’outils qui sont à la disposition des acteurs de territoire pour aménager et développer durablement.

Le quartier : échelle pertinente de la durabilité

Du point de vue de la durabilité, l’échelle du quartier présente un quadruple intérêt[3] :

– au niveau urbanistique, le quartier facilite l’articulation des pleins et des vides pour une ville plus compacte. Il permet de développer des synergies entre logements et équipements collectifs, ainsi que d’agencer les mixités sociales et fonctionnelles. Cette échelle facilite aussi le traitement des relations entre le bâti et l’espace public, la coordination entre les centralités et les réseaux de transport public, tout en ménageant des zones tampons (parcs, jardins, rues résidentielles)…En d’autres termes, elle permet de penser la qualité des usages de l’espace dans la proximité et de ce fait d’en parler avec chacun ;

– du point de vue de l’environnement, l’échelle du quartier permet une gestion plus intégrée des ressources et facilite l’organisation des déplacements : la gestion de l’énergie, de l’eau ou des déchets peut être appréhendée plus globalement qu’au niveau du bâtiment, par la mise en place d’équipements techniques bénéficiant d’une masse critique suffisante. De plus, l’articulation d’un projet de quartier à une infrastructure de transport public performante, permet d’optimiser la gestion du stationnement, ainsi que l’organisation des cheminements (piétons, vélos, covoiturage) vers des parcs relais ou pôle d’échanges. Ces domaines techniques et fonctionnels imposent de sortir du périmètre du quartier et de mettre en question à des échelles de territoire supérieures ;

– sous l’angle social, le quartier est l’échelon du vécu quotidien pour les habitants.  Les quartiers représentent le support des activités de proximité (associations, services sociaux, commerces…) qui permettent de lier les individus entre eux et de faire naître un sentiment d’appartenance au quartier. La durabilité sociale passe par l’implication des futurs habitants dans la définition du projet, de façon à répondre aux attentes en matière d’habitat (densité, mixité, mobilité douce, équipement de proximité, espace public de qualité..) et de logement (coopérative, location, propriété) ;

– dans une perspective économique, le quartier, comme territoire des proximités, tel qu’énoncé précédemment, renvoie à la question de l’offre commerciale, pouvant s’avérer plus ou moins structurante pour un ensemble plus large. Il en va de même sur la question de diversité des activités économiques, artisanales ou tertiaires pouvant s’y développer.

Des quartiers « vitrines » aux quartiers durables[4]

Une première vague d’écoquartiers apparaît dans les années 1990, visant à minimiser l’impact de l’habitat sur l’environnement. Ils sont alors situés pour la plupart en zone périurbaine, sont l’expression d’un courant de pensée alternatif, et leurs habitants sont assimilés à des marginaux. On peut citer Vauban-Freiburg (Allemagne), pionnier des écoquartiers, imaginé et conduit par des citadins soucieux d’un environnement urbain plus sain et plus calme. D’autres vont suivre, fortement médiatisés pour certains pour leurs normes écologiques et techniques ou architecturales (l’anglais BedZED près de Londres, les suédois Bo 01 à Malmö et Hammarby à Stockholm).  L’approche, essentiellement environnementale, répond à une prise de conscience, mais ne constitue pas une approche urbanistique complète. Le volet social est insuffisamment pris en compte[5].

Avec le Grenelle de l’environnement, l’écoquartier devient durable, avec des objectifs plus larges que la seule dimension environnementale :

« Le quartier durable est un territoire qui, pour sa création ou sa réhabilitation intègre dans une démarche volontaire, une conception et une gestion intégrant les critères environnementaux, un développement social urbain équilibré favorisant la valorisation des habitants, la mixité sociale et des lieux de vie collective, des objectifs de développement économique, de création d’activités et d’emplois locaux, les principes de la gouvernance que sont la transparence, la solidarité, la participation et le partenariat[6]».

Une seconde vague d’écoquartiers apparaît (Lefèvre P., Sabard M., 2009), dans laquelle la ZAC de Bonne fait figure d’exemple dans les médias. Lauréat du Grand Prix National ÉcoQuartiers 2009 du MEDDTL, ce projet fait partie des premiers écoquartiers français réellement aboutis. Des efforts importants ont été menés dans différents domaines:

– Ecologique : normes basse consommation des bâtiments, espaces verts, voies cyclo-piétonnes, accessibilité des transports en commun, etc. ;

– Social : 40% de logements sociaux sur les 850 logements ; prix de vente plafonné à trois mille euros le m² pour la moitié des autres logements, moyennant des clauses anti-spéculatives de neuf ans ; établissement pour personnes âgées ; écoles ; accessibilité aux personnes à mobilité réduite (Atger, 2008) ;

– Economique : mixité habitats, espaces commerciaux et bureaux, hôtel.

Le quartier urbain durable intègre ainsi une réflexion environnementale mais également économique et sociale. Si le quartier doit contribuer à économiser les ressources, il est surtout  un lieu de vie et de mixité. C’est un espace micro urbain, dont le fonctionnement doit être appréhendé comme une ville, avec une multitude d’interrelations à des échelles différentes, et dans toute sa dimension humaine, sociale et culturelle. Il invite ainsi à une nouvelle manière d’appréhender la ville, dans sa complexité, bien loin des schémas simplificateurs qui ont ordonné les règles d’aménagement des 40 dernières années (Chouvet, 2007).

Une ingénierie de projet à renouveler pour la réalisation de quartier durable

Le  « réflexe de périmétrisation » : entre nécessité et contrainte. De façon générale, les expériences menées montrent la propension à rester dans le périmètre d’opération. A cela plusieurs raisons peuvent être avancées : nécessité d’argumentaire simplifié pour construire un discours d’intervention ; recherche d’outils opérationnels et de procédures de mise en œuvre des projets qui confortent par retro-effet l’idée de bien délimiter le territoire d’actions  futures ; difficultés de mise en contexte élargie parce que faisant appel à des connaissances et des compétences techniques et conceptuelles plus larges, voire trop larges. Pourtant, la périmétrisation constitue un frein  dans la ré-articulation du projet à des politiques publiques plus larges (transports publics, déplacement doux, gestion des ordures ménagères, positionnement par rapport aux dynamiques de développement commercial, etc.).

La concertation pour une adhésion de la population au changement. L’acceptabilité sociale, par la population locale, des changements proposés est un des éléments importants de la faisabilité et de la mise en œuvre du projet. L’acceptabilité par des habitants futurs, le plus souvent inconnus, est construite sur des hypothèses. Certains principes comme la limitation de l’usage de la voiture en cœur de quartier et son report en périphérie, renvoient à la notion de prise de risque économique. Le risque sera différent s’il s’agit de logement social locatif réalisé par un bailleur social, ou de logements à la vente réalisés par un promoteur privé, qui risque de ne pas vendre son « produit ». L’acceptabilité de « voisinage » est aussi un facteur important. Mais un processus de concertation large et maîtrisé par les élus et les techniciens représente une charge souvent difficile pour des communes à assumer.

Une approche en coût partagé et en coût global encore balbutiante. Les coûts  engendrés, par chaque réalisation du projet, sont calculés par chaque financeur en coûts d’investissement, rarement en coûts de fonctionnement. Ils se retrouvent isolés du concept de projet sur les lignes budgétaires thématiques de chacun. Ainsi, l’aménageur qui réalise les voies (classées ensuite dans le domaine public) ne donne pas à la commune un calcul des coûts de gestion de ces voies sur plusieurs années et ne fait pas un comparatif entre plusieurs solutions possibles.

Par ailleurs, le savoir-faire local, en matière d’innovations ou de constructions, reste à promouvoir. Depuis les études jusqu’à la réalisation et à la gestion du quartier, le développement durable incite à rechercher des acteurs et des matériaux locaux. Or, les marchés publics obligent les collectivités à ne pas prendre en compte cet aspect. Certains matériaux font le tour de la planète pour arriver sur le chantier du quartier durable. En cela, les expérimentations (BedZED, Fribourg-Rieselfeld, Hammarby Sjöstad, etc.) ont montré que le recyclage de matériaux locaux pouvait constituer des solutions d’avenir.

Conclusion

Plus qu’un lieu d’aménagement, le quartier est un lieu à vivre. De ce fait, le projet doit associer les parties prenantes, afin d‘intégrer leurs attentes mais aussi de limiter voire dénouer des situations de blocage qui pourraient apparaître au cours du projet. Cela exige un intense travail de concertation, qui va bien au-delà de la participation citoyenne. L’échelle impose une conception très en amont, réunissant une multiplicité d’acteurs, pour répondre aux questions techniques, financières, et prendre les décisions. La  démarche CATMED a montré que les projets de quartiers durables offre une réelle opportunité pour lancer des démarches originales de concertation. Par la transversalité des enjeux abordés et leur impact direct sur la vie des habitants et des usagers, ces projets peuvent susciter un réel intérêt et de fortes attentes, auxquelles il sera d’autant plus facile de répondre que les processus auront été pensés et articulés en amont avec le reste du phasage du projet.

L’enjeu des quartiers durables n’est pas de réaliser des territoires d’exception, entre laboratoire du développement durable et espace témoin. Le quartier n’est qu’un maillon de la chaîne pour un urbanisme durable (avec moins d’étalement urbain, plus de culture participative, des dispositifs éco-techniques). Il faut penser le quartier durable dans sa ville, l’intégrer dans un cadre plus large de projet de territoire, PLU, SCOT, Agenda 21 local. Il s’agit de mieux considérer leur potentiel d’effet d’entraînement » comme un vecteur d’urbanisme durable capable de générer de nouvelles politiques publiques locales.

 

Références

ARENE, 2005, Quartiers durables : guide d’expériences européennes, Ile-de-France.

Atger C., 2008, « Grenoble. Un laboratoire à énergie positive », Diagonal, No178, 50-52.

Benoit G., Comeau A., 2005, Méditerranée, les perspectives du Plan Bleu sur l’environnement et le développement, Paris, L’Aube.

Bonard Y., Gaillard D., Schaeffer V., 2008, « Genève/Lausanne : enjeux sociaux et quartiers durables », Urbanisme, No.363, 56-60.

Chouvet C., 2007, Les quartiers durables : un exemple de démarche intégrée et participative, Comité 21-Angenius

Communauté du Pays d’Aix, 2011, CAT MED : un partenariat européen pour des modèles urbains durables en Méditerranée, Aix en Provence, PUAM, Collection Espace et développement durable.

Émelianoff C., Theys J. 2000, « Les contradictions de la ville durable », in Theys J. (dir.), Développement durable, ville et territoire, Paris ; MELT-DRAST, 53-63.

Émelianoff C., 2004, « L’urbanisme durable en Europe : à quel prix ? », Écologie et politique, No.29, 21-36.

Lefèvre P., Sabard M., 2009, Les éco-quartiers : l’avenir de la ville durable, Rennes, Apogée.

Plan Bleu, 2008, Changement climatique et énergie en Méditerranée, Banque européenne d’investissement.

Schaeffer V., Ruegg J., Litzistorf-Spina N., 2010, « Quartiers durables en Europe : Enjeux sociaux et processuels », Urbanisme, No.371, 27-32.


 Notes

[1] Appel à projet ÉcoQuartier, MEDDTL, 2011

[2]  Rapport Bruntland, 1987.

[3]  Observatoire de la ville et du développement durable, Lausanne, introduction au colloque « Projets de quartiers durables : de l’intention à la réalisation », 2008.

[4] Les Écoquartiers au cœur du Grenelle de l’Environnement, quels enjeux? Lettre du développement durable du CERTU, janvier 2008.

[5] Émelianoff, Theys, 2000, p53-63 ; Émelianoff, 2004, p21-36 ; ARENE, 2005 ; Bonard, Gaillard, Schaeffer, 2008, p53-60 ; Schaeffer, Ruegg, Litzistorf-Spinaa, 2010, p27-32

[6] Association des Éco Maires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.