La conservation des sols : un enjeu pour les territoires méditerranéens

AuteursYvette Lazzeri (CERIC-Cnrs-Université d’Aix-Marseille) & Daniel Nahon (CEREGE-Université d’Aix-Marseille)

Le sol, entité naturelle aux formes multiples, est le système le plus complexe étudié par la science. Le sol est une rencontre entre les roches, la flore et la faune dont l’inventaire reste à faire, l’air, et l’eau, sans quoi rien ne serait possible. Les argiles, une poussière de minéraux, constituent et abritent nutriments et microorganismes. Le sol est un épiderme de quelques cm à 300 m. Cette peau de la terre est de plus en plus sollicitée, voire maltraitée. Or, les processus permettant sa formation et sa régénération sont extrêmement lents (1000 ans pour un cm de sol), ce qui en fait une ressource non renouvelable à l’échelle humaine. Garder le sol vivant pour le maintenir productif, est un impératif pour la survie de l’humanité [1].

  Le sol : un enjeu pour la vie humaine

Les sols jouent un rôle crucial pour l’activité humaine et dans la survie des écosystèmes. Ils assurent au moins six fonctions significatives pour la vie humaine [2] :

– Production de biomasse par l’agriculture et la sylviculture ;

– Action de filtrage, de tampon et de transformation entre l’atmosphère, les eaux souterraines et le couvert végétal, protégeant l’environnement et en particulier les humains, en préservant la chaîne alimentaire et les réserves d’eau potable ;

– Habitats biologiques et réserves de gènes importantes (davantage que toute la biomasse au-dessus) ;

– Support de multiples usages économiques et sociaux (bâtiments, infrastructures de transport, zones de loisirs…) ;

– Source de matières brutes (eau, énergie, argile, sable et gravier pour la construction,) ;

– Patrimoine géologique et culturel faisant partie intégrante du paysage et « mémoire » de l’humanité (vestiges archéologiques….).

…………………………..mais une ressource limitée 

– Les terres cultivables sont une denrée rare sur la planète. Elles représentent 2500 millions d’ha (soit 22% des terres émergées hors déserts, surfaces occupées par les glaces et les lacs). Parmi les terres encore disponibles, beaucoup sont situées dans des régions écologiquement sensibles. Celles-ci sont largement occupées par des forêts (Amazonie…). Les mettre en culture représenterait un risque écologique considérable.

– Entre l’urbanisation et les différentes dégradations que subit le sol, 12 à 16 millions d’ha de terres cultivables disparaissent chaque année.

– 1600 millions d’hectares sont déjà cultivés et compte tenu de la dégradation des terres…

– Il ne reste que 600 millions d’hectares à cultiver d’ici à ce que la population mondiale soit stabilisée en 2050. Il faudra alors produire plus de nourriture mais avec moins de terre car la superficie moyenne des terres cultivables par habitant ne cesse de diminuer (0.15ha en 2050, 0.43ha en 1960).

– D’ici 2025, la moitié des terres irriguées perdront leur productivité à cause de leur salinisation.

– Chaque naissance  nécessite un tiers d’hectare de plus à exploiter et il y a chaque semaine entre 1,5 et 2 millions de bouches à nourrir en plus.

– 30 à 40 millions d’hectares par an doivent être cultivés pour nourrir le monde et à ce rythme, en 2030, la terre et l’eau ne suffiront plus.

La dégradation des sols dans les pays méditerranéens 

Le sol est exposé à une dégradation physique, chimique et biologique, affectant ses capacités à assurer une ou plusieurs de ses fonctions.  Il peut s’agir d’une perte quantitative de sol (en surface ou en profondeur), d’une diminution de sa fertilité ou de différents types de pollution : salinisation, acidification, excès d’engrais ou de pesticides, métaux lourds…[3].

La dégradation des sols en Méditerranée est un phénomène ancien qui s’est aggravé dans les dernières décennies, sous l’effet de facteurs naturels (précipitations, vent, ruissellement….) et d’actions anthropiques néfastes (surpâturage, surexploitation des ressources forestières, irrigation mal conduite, urbanisation…). Selon leur caractéristique (topographie, composition, couverture végétale…), les sols offrent des capacités de résistance plus ou moins forte. L’érosion des sols et la salinisation augmentent le risque de désertification des régions les plus vulnérables. 60% des zones rurales méditerranéennes encourent un risque modéré ou important de dégradation de sol, en particulier dans quelques pays (Tunisie, Algérie, Espagne, Grèce, Portugal, Albanie). Environ 300 000 km² de zones côtières européennes subissent une désertification qui touche près de 17 millions de personnes [4].

Les causes majeures de la dégradation des sols en Méditerranée :

La pression de l’urbanisation, liée à la croissance démographique et au développement touristique, en particulier dans les zones littorales. La plupart des villes se sont installées dans des zones agricoles très riches : c’est le cas de la Mitidja, dans les plaines côtières d’Algérie. Le développement des routes et des autoroutes dévore de plus en plus d’excellentes terres cultivables.

Les sols s’épuisent par surexploitation, surpâturage, ou mauvais traitements liés à des techniques mal adaptées. Certains pays (Egypte, Syrie, Tunisie) connaissent des problèmes de salinisation des sols : une utilisation intensive des eaux d’irrigation entraîne une remontée de l’eau dans le sol et une augmentation progressive de la concentration en sel lors de l’évaporation, jusqu’à aboutir à une stérilisation du sol. Dans d’autres pays, la culture intensive du coton, du soja ou du maïs a parfois vidé le sol d’une partie de sa matière organique, entraînant une perte de sa fertilité. D’une manière générale, beaucoup trop de matières nutritives sont prélevées par rapport à la capacité des sols à reconstituer leurs réserves. Dans de nombreux pays, l’utilisation intensive de pesticides a aussi largement contribué à la dégradation des sols.

– L’érosion hydrique et éolienne des sols. Dans la région méditerranéenne, le climat, le relief accidenté (pentes abruptes et fort morcellement), ainsi que la longue histoire de l’intervention humaine ont entraîné des taux d’érosion plus alarmants que dans d’autres régions de la planète. L’érosion hydrique est due à l’excès ou à la violence des pluies. Un ruissellement intense entraine la disparition de quantités de terres considérables et principalement de la couche la plus fertile des sols fragiles. Au Portugal, en Grèce et en Espagne, une grande partie des terres (68%, 43% et 41% respectivement) est fortement menacée par l’érosion hydrique, dans de plus fortes proportions qu’en Italie et en France méditerranéenne (27% et 29% respectivement) [2].

L’érosion éolienne se manifeste surtout dans les zones arides et semi-arides, due à l’arrachement par le vent des particules fines de la surface du sol. La menace pour les sols est soit d’être recouverts par des sables ou des dunes apportées par le vent, soit d’être réduits à l’état de squelette après la disparition des éléments fins emportés par le vent. Dans certaines parties de la Méditerranée (Grèce, Albanie, partie méditerranéenne de l’ex-Yougoslavie) l’érosion est devenue irréversible et à même quasiment cessé à certains endroits,… faute de sols à ronger [2].

La déforestation, la surexploitation ou de mauvaises pratiques agricoles constituent les facteurs aggravants. Un sol nu, dénué de tout couvert végétal, forêt, pâturages ou cultures agricoles, devient extrêmement sensible à l’érosion par la pluie ou le vent.

Une perte de la biodiversité des sols. La plus grande partie de la biodiversité terrestre vit dans le sol et non au-dessus. Plantes, vers-de-terre, fourmis, insectes, araignées, bactéries, champignons… tous ces organismes assurent la réalisation des grandes fonctions du sol. Toute dégradation du sol (par imperméabilisation, érosion, tassement, ou salinisation) affecte cette biodiversité et fait chuter la fertilité de la terre.

Des effets environnementaux et socio économiques négatifs

Sur le plan environnemental , la dégradation des sols contribue à la perte de la fertilité des sols, de carbone, d’azote et de biodiversité, à la diminution de la capacité de rétention de l’eau, à la perturbation des cycles des gaz et des nutriments et à la réduction de la dégradation des contaminants. La détérioration des sols influence ainsi directement la qualité de l’eau et de l’air, la biodiversité et le changement climatique.

 Du point de vue socio économique, le phénomène réduit la productivité agricole, contribue à la détérioration de la qualité de vie des habitants, en réduisant leur capacité à s’approvisionner en aliments, bois et eau. Il peut également altérer la santé de la population. L’augmentation de la mortalité infantile, la réduction de l’espérance de vie, la pauvreté  et les famines sont associées à la désertification et à la dégradation des sols [2]. Enfin, il génère des coûts financiers importants, estimés à 38 milliards d’euros par an pour l’Union européenne et à plus de 100 millions d’euros pour la Tunisie et l’Espagne [4].

Les dispositions institutionnelles pour la protection des sols

Contrairement au changement climatique ou la biodiversité qui relèvent de l’environnement, le sol n’est pas considéré comme un bien public mondial et ne fait pas l’objet de mesures de protection spécifiques.

En Méditerranée, tous les gouvernements ont ratifié la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (1994), qui les engage à lancer des initiatives nationales et régionales pour la protection des sols (amélioration de la législation, nouvelles lois, politiques à long terme et programmes d’action).

Au niveau européen, la problématique des sols est abordée dans le cadre de plusieurs directives (protection de l’environnement, agriculture, développement rural), sans  vision d’ensemble ni de politique unifiée. Au niveau des États membres, la situation est très inégale et seuls neuf d’entre eux possèdent une législation spécifique en matière de protection des sols, répondant souvent à un risque déterminé, notamment la contamination. Sur la base de ce constat, la Commission européenne a élaboré en 2004 [5], « un cadre cohérent et commun de protection des sols, fondé sur les principes de préservation des fonctions des sols, de prévention de leur dégradation, d’atténuation des effets de cette dégradation, de remise en état des sols dégradés et d’intégration de ces considérations dans les autres politiques sectorielles ». La Directive-cadre des sols, adoptée en première lecture par le Parlement européen en 2007, est toujours en débat.

Néanmoins, des travaux de recherche et de collecte de données sur la situation des sols européens ont été réalisés dans l’UE dans le cadre du 4ème programme-cadre de recherche et de développement. Les informations géoréférencées sur les sols dans l’UE sont collectées par le Bureau européen du sol, chargé de coordonner les informations sur les sols et répondre aux besoins de données de la Commission [2].

Conclusion

La dégradation de l’état des sols partout dans le monde est un phénomène méconnu et non médiatisé, alors qu’elle peut avoir de graves répercussions sur le changement climatique, la biodiversité, l’eau et par voie de conséquence sur la vie humaine.

La gravité de la situation dans le bassin méditerranéen impose de développer une nouvelle approche quant à une utilisation durable des sols, qui soit en conformité avec les contraintes de la nature. Le problème est à la fois scientifique et politique. Une démarche de recherche intégrée et multidisciplinaire est nécessaire pour étudier la problématique du sol dans sa globalité, en appréhendant en même temps, les sols, les plantes, l’eau, l’aménagement, les systèmes de production et tous les aspects juridiques, sociaux et économiques. Sur le plan politique,  une campagne de sensibilisation des populations s’impose ainsi qu’une coopération internationale entre tous les pays du bassin méditerranéen de façon à avoir une lecture partagée des problèmes et des réponses convergentes (domaines de recherche communs, études comparatives, transfert de savoir, conception et mise en œuvre de mesures communes de protection de l’environnement, financement…). Toute action isolée à l’échelle d’un pays ne peut être que d’une portée très limitée.

Références

[1] Nahon D., 2008, L’épuisement de la terre, L’enjeu du XXIème siècle, Ed. Odile Jacob sciences

[2] Montanarella L.,  Les sols, à l’interface de l’agriculture et de l’environnement, www. ec.europa.eu/agriculture/envir/

[2] Plan Bleu, 2003, Les menaces sur les sols dans les pays méditerranéens, Les Cahiers du Plan Bleu 2

[4] IUCN, 2007, Analyse de la situation de la région méditerranéenne, www.uicnmed.org

[5] Union européenne, Directive 2004/35/CE


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.