Les grandes tendances démographiques planétaires

AuteurHervé DOMENACH,  Professeur d’Analyse démo-spatiale, IUAR, Directeur de recherches honoraire de l’IRD

La population de 9 milliards environ, attendue vers 2040, connaîtra des changements de structure très importants et un certain nivellement des différences entre les continents. Vieillissement, urbanisation et mobilité conditionneront la nature des relations des hommes avec les facteurs fondamentaux de leur environnement : l’eau, l’air, les sols, la sécurité alimentaire.

 LE CROÎT DÉMOGRAPHIQUE ET LES CONSÉQUENCES DU PROCESSUS DE VIEILLISSEMENT

Selon un compteur symbolique de la population mondiale[1], la terre comptait 7.158.772.001 individus au 13 septembre 2013. On estime ainsi que la planète enregistre chaque jour environ 400.000 naissances et 170.000 décès, soit 230.000 bouches supplémentaires à nourrir. Mais la lente progression de l’espèce humaine n’a eu d’effets majeurs sur l’environnement que très récemment et le sentiment que la terre est prodigue de ses ressources reste encore bien ancré dans la mémoire collective, entravant la prise de conscience des déséquilibres démo-environnementaux présents et à venir.

Malgré la baisse de fécondité enregistrée dans la plupart des pays, avec un net retard dans le continent africain, il faudra attendre encore trois à quatre décennies pour que la population mondiale connaisse un renouvellement équilibré, en raison du poids des générations issues des périodes antérieures de forte fécondité. Sachant que 95% de l’accroissement démographique en cours dans le monde concerne les pays du Sud et que leur importance dans la population mondiale passerait de 68% en 1950 à plus de 85% vers les années 2050 selon les estimations de la Division de la Population des Nations Unies[2], on risque d’assister à une formidable redistribution démographique entre les différents continents et pays : en 2050, l’Inde deviendrait le pays le plus peuplé (1690 millions d’habitants), devançant la Chine (1310 millions) et de loin les États-Unis (420 millions) puis le Pakistan (315 millions)… tandis que l’Afrique compterait trois fois plus d’habitants (2300 millions) que l’Europe.

En revanche, quelques pays, occidentaux surtout, risquent d’affronter des phénomènes de dépopulation très préoccupants : entre autres nombreux exemples, la Russie passerait de 145 millions en 2000 à 126 millions en 2050, et le Japon de 128 à 95 millions!

La forte croissance des pays du Sud a rajeuni la population mondiale, et pourtant se profilent déjà les signes d’un processus de vieillissement qui atteindra probablement la quasi-totalité des pays à terme. La baisse de la fécondité et la plus grande longévité des individus sont à considérer comme des tendances lourdes des évolutions futures des populations, elles tendent à diminuer la part des enfants et à tirer la structure par âge vers les âges élevés : l’âge médian de la population mondiale passera ainsi probablement de 26 ans actuellement, à 36 ans environ vers 2050.

En 2011, 27% des Terriens ont moins de 15 ans, contre 8% âgés de 65 ans et plus, tandis qu’en 2050 la proportion des « moins de 15 ans » ne serait plus que de 19,8%, et celle des « 65 ans et plus » doublerait, atteignant 18%. Cette évolution spectaculaire répond à deux facteurs : la baisse de la fécondité et l’espérance de vie. La première, partout dans le monde, décroît : 2,5 enfants par femme en moyenne aujourd’hui, qui tendrait vers 2,1 enfants en 2050, soit précisément le seuil de renouvellement démographique. Cette perspective peut sembler étonnante si l’on considère que les femmes nigériennes font encore plus de 7 enfants en moyenne[3] aujourd’hui, mais il s’agit de situations extrêmes qui n’intègrent pas encore les éléments d’une transition démographique entamée, que l’on observe par ailleurs. Quant à l’espérance de vie à la naissance, en moyenne de 70 ans aujourd’hui, elle augmente continuellement et serait au-delà de 74 ans en 2050, mais la dispersion reste considérable : 83 ans au Japon contre seulement 44 ans en Afghanistan !

♦ L’ENVIRONNEMENT ET LA MOBILITÉ DES HOMMES

La révolution des technologies et des moyens de communication a provoqué une accélération de la mobilité humaine et une forte relativisation des distances, tandis que la révolution des transports par l’aménagement des réseaux terrestres et des espaces aériens a considérablement favorisé la croissance économique. Ainsi, la consommation d’espace va croissante et conditionne la recomposition des territoires et de leurs usages. Elle a aussi été la source de multiples nuisances et atteintes à l’environnement : consommation énergétique élevée, pollution atmosphérique, asphaltisation, dégradation des écosystèmes et des paysages. La priorité donnée aux transports routiers dans les pays occidentaux a conduit les pays émergents à faire de même, et donc à négliger les infrastructures moins polluantes. Ainsi, dans les pays du Sud, les programmes d’investissement pour développer les réseaux ferroviaires ou fluviaux sont négligeables en rapport des fonds investis dans les réseaux routiers. On conçoit aisément l’incroyable facteur de pollution que déterminerait une densité de transport automobile dans les pays du Sud égale à celle que connaissent aujourd’hui l’Amérique du Nord, les pays européens et déjà certains pays émergents. Cet aspect global de la dynamique démographique semble pourtant largement irréversible, car il s’accorde avec un modèle social de plus en plus individualisé.

Plus largement, les activités humaines ont augmenté et entraîné le déplacement forcé de millions de personnes, soit pour cause de situations catastrophiques (conflits armés, accidents industriels, pollutions chimiques), soit qu’il s’agisse d’infrastructures (barrages, exploitations minières…), soit encore que cela résulte de processus de dégradation des écosystèmes terrestres, fluviaux et marins (concentrations foncières, épuisement des sols, salinisation…). Sont ainsi apparus, au début des années 1980, les premiers réfugiés environnementaux, en référence aux personnes déplacées pour cause de déforestation, réchauffement climatique, désertification, catastrophes naturelles et industrielles. Dans un avenir peut-être proche, leur nombre pourrait augmenter de façon spectaculaire[4] en raison de facteurs climatiques menant à l’érosion des sols, du réchauffement planétaire avec ses conséquences sur les territoires et les océans, de la pollution de l’eau, etc. Citons quelques exemples : en Chine, selon la Banque asiatique de développement, près de 4 000 villages sont menacés par la désertification et le désert de Gobi s’étend de 10 400 km2 supplémentaires chaque année. Et si, par exemple, la température moyenne de la planète augmentait, ne serait-ce que d’un degré ou deux, dans les décennies à venir ? La question est désormais posée institutionnellement et il s’agit d’en anticiper les multiples conséquences, et particulièrement ce qu’il adviendrait des populations concernées par la montée des océans (Bangladesh, littoral chinois, îles… mais aussi Pays-Bas et Floride), la disparition de terres arables, la désertification et la diminution de la fertilité des sols (Afrique, Moyen-Orient, Chine, Inde, Pakistan, mais aussi Espagne, Grèce, Portugal, soit une centaine de pays dans le monde), les famines liées aux sécheresses, les épidémies, etc. Il est probable que la planète n’en soit encore qu’aux prémices d’un processus intense de mobilité spatiale résultant des mutations environnementales.

♦ LE PROCESSUS DE CONCENTRATION DES POPULATIONS ET LES MUTATIONS DÉMO-SPATIALES

En 2007, pour la première fois, parmi les 6,6 milliards de Terriens, il y avait autant d’urbains que de ruraux[5] selon les Nations Unies (2007a), et la proportion d’urbains atteindra probablement 75 à 80% en 2050. Ce processus d’urbanisation se traduit souvent par un développement anarchique et des conditions humaines, sanitaires et écologiques précaires.

La concentration des hommes en milieux urbains et l’accroissement des activités qu’ils y déploient interrogent l’avenir et la responsabilité des sociétés concernant leur mode de consommation des ressources et le traitement de leurs déchets. Si les pays industrialisés sont parvenus à relativement maîtriser les principales fonctions urbaines telles que l’habitat, les infrastructures et les équipements, les réseaux de transports, il en va différemment pour les autres pays où modernité et pauvreté coexistent souvent et qui sont largement confrontés à des règlementations partielles ou inadaptées, des infrastructures médiocres ou inexistantes dans les secteurs vitaux tels que la voirie, l’adduction d’eau potable, l’alimentation en électricité, les réseaux d’assainissement. À l’inverse, les concentrations humaines facilitent l’administration logistique, réduisent les coûts de gestion des transports, des services sanitaires, de sécurité, d’éducation… et limitent les déperditions de productivité. D’aucuns considèrent ainsi que l’urbanisation contient les remèdes à ses propres déséquilibres, en permettant une meilleure préservation des ressources naturelles et une meilleure gestion des effectifs de population à investissement égal. De fait, la concentration urbaine n’entraîne pas automatiquement la pollution, la dégradation des ressources, la surproduction de déchets. Ceux-ci sont dus principalement à des modes de production et de consommation non durables et aux carences d’une bonne gestion urbaine. Concentrant plus de la moitié de la population du globe sur moins de 4% de la surface émergée, les villes sont ainsi susceptibles d’offrir de bonnes perspectives de durabilité à long terme.

Rares sont les organes décisionnels qui prennent en compte le fait que les mutations environnementales dépendent beaucoup des modes de consommation des populations urbaines  et des filières agricoles productrices et qu’il importe donc de privilégier une vision globale du territoire et de mesurer les conséquences de décisions sectorielles dont la rentabilité économique à court terme constitue souvent l’unique critère. Entre de multiples exemples de ces situations, le rapport des Nations Unies cite les forêts tropicales de Tabasco (Mexique) qui ont été rasées afin de créer des zones d’élevage bovin pour satisfaire l’accroissement de la demande de viande de la ville de Mexico, distante de 400 kilomètres. Les politiques étatiques qui favorisent l’implantation de grandes exploitations agro-commerciales au détriment des petits producteurs créent des situations de rupture des écosystèmes qui entraînent souvent indirectement des processus de désertification, de déforestation ou d’érosion, etc. Se pose ainsi le problème de la répartition spatiale des populations à terme : les projections moyennes pour 2050 indiquent que 56 millions d’hectares seraient nécessaires pour accueillir les activités économiques non agricoles et pour loger les 1,5 milliards de nouveaux habitants dans les villes existantes, auxquels il faudrait ajouter 23 millions d’hectares pour les besoins en habitat des 2,5 milliards environ de nouveaux habitants attendus dans les villes à croissance informelle. Il est probable que la planète n’en soit encore qu’aux prémices d’un processus intense de mobilité spatiale résultant de la croissance urbaine et des mutations environnementales et il s’agit désormais d’en anticiper les multiples conséquences. Dans un contexte planétaire où la richesse des uns, tout autant que l’extrême pauvreté des autres, constituent de graves menaces pour l’environnement, n’apparaissent toujours pas clairement les politiques à mener pour surmonter les antagonismes entre le monde rural et le monde urbain, entre la satisfaction des besoins primaires et la surconsommation, entre les acteurs des pollutions et ceux qui les subissent.

Ainsi, la recomposition des espaces ruraux et les mutations des écosystèmes résultent à la fois de la distribution spatiale des populations et des pressions agro-industrielles ; en contrepoint, les populations urbaines tendent à former de nouveaux socio-systèmes largement déconnectés de leur environnement physique et sollicitent toujours plus de ressources faisant appel à des logiques marchandes globalisées. L’agriculture structure de moins en moins les espaces ruraux et cette évolution se traduit par un bouleversement de notre relation à la biosphère. La révolution agricole contemporaine a multiplié plusieurs dizaines de fois la productivité agro-industrielle, le rapport de productivité entre l’agriculture manuelle et l’agriculture moto-mécanisée moderne étant au tournant du siècle, de l’ordre de 1 à 500[6] (Hamelin, 2004). On estime que les sols cultivables représentent 22% des terres émergées, soit 3 300 millions d’hectares environ dont 1.600 millions d’entre eux sont cultivés aujourd’hui, tandis que les autres 1 800 millions hectares potentiellement cultivables pour un tiers environ, sont soumis à des fortes contraintes. Pour autant, les phénomènes démographiques sont finalement loin d’être des éléments fondamentaux au regard du creusement des inégalités et de la partition du monde entre populations nanties et les autres : un sixième de la population mondiale reçoit 78% des revenus mondiaux et contribue à 80% à la pollution de la planète ; les tendances récentes à la libéralisation du commerce, à la déréglementation des marchés et à la mondialisation des capitaux, conduisent à une fracture toujours plus grande des écosystèmes traditionnels et provoquent la précarité des populations agricoles. Or, l’urgence est aujourd’hui de permettre aux pays les plus pauvres d’accueillir les 2,5 milliards d’hommes supplémentaires qui s’y concentreront dans les prochaines décennies.

 CONCLUSION

Le monde connaîtra ces 50 prochaines années les plus importants contrastes démographiques de son histoire : 12 pays verront leur population tripler ; 51 verront chuter la leur , principalement en Europe. Les pays en transition démo-économique devront accueillir les 2,5 milliards d’hommes supplémentaires qui s’y concentreront dans les prochaines décennies, tout en tentant de pallier la dégradation des agro-systèmes et de s’adapter aux mutations environnementales et climatiques probables. Les dérives de l’industrialisation, de l’agriculture et du productivisme alimentaire instruisent progressivement le procès d’un développement économique toujours plus inégalitaire pour les hommes et dangereux pour la planète. La mise en évidence de ces perspectives préoccupantes, et des défis qu’elles suscitent, souligne l’urgence et l’ampleur des changements qui doivent être introduits dans les politiques publiques environnementales parce qu’ils sont absolument nécessaires à la viabilité de la planète.

♦ REFERENCES

AUBERTIN C., VIVIEN F.-D. (1998) Les enjeux de la biodiversité, Paris, Economica, Col. Poche Environnement.

CHETAILLE A., TAVERNIER K. (2003) Echec de la cinquième conférence ministérielle de l’OMC à Cancun : vers une crise du système commercial multilatéral ? Solagral, (www.solagral.org).

CNUCED (2003) Rapport sur le commerce et le développement : Accumulation de capital, croissance économique et transformation structurelle, UNCTAD/TDR/2003, New York et Genève.

DOMENACH H. (2007) Démographie et environnement : vers une régulation planétaire ? La Jaune et la Rouge, École Polytechnique, n° 627, 16-22

DOMENACH H., PICOUET M. (eds) (2004) Environnement et population : la durabilité en question, Collection Populations, Paris, L’Harmattan, 227 p.

DOMENACH H., PICOUET M. (2000) Population et environnement, Paris, PUF, collection « Que sais-je? » n° 3556.

EL-HINNAWI E. (1985) Environmental Refugees, Nairobi, United Nations Environmental Program.

FERRONE G. (2008) 2030 le krach écologique, Paris, Grasset, 286 p.

GIEC (2007) 4ème Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, Bruxelles.

HAMELIN P. (2004) La transformation des espaces ruraux ; de la production agricole au développement rural, in Domenach H., Picouet M. (eds), 77-100.

PINSON D. (2004), Environnement et urbanisation, in Domenach H., Picouet M. (eds), 33-51.

OECD, (2004), Environmental data : Compendium, 313 p.

QUENAULT B. (2001) Conférence de Rio, développement durable, organisation mondiale de l’environnement, in Lorot P. (dir.) Dictionnaire de la mondialisation, Paris, Ellipses.

SEN A. (2000) Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Paris, O. Jacob.

UN report of the Conference on Environment and Development, Rio de Janeiro (1992) Vol.1, Resolutions adopted, E.93.I.8.

UN report of the International Conference on Population and Development (1994) Vol.1, Resolutions adopted, E.95.XIII.18, Le Caire.

UNITED NATIONS (2007a) World Urbanization Prospects: The 2006 Revision, Division de la population, New York.

UNITED NATIONS (2007b), World Population Prospects: The 2006 Revision Highlights, ST/ESA/SER.A./261/ES, New York.

UNITED NATIONS (2006) World Urbanization Prospects: The 2005 Revision, Division de la population, Département des affaires économiques et sociales, New York.

UNITED NATIONS DEVELOPMENT PROGRAMME (2004) Reducing disaster risk A challenge for development (Global Report), Bureau for Crisis Prevention and Recovery, http://www.undp.org/bcpr, 146 pp.

NOTES

[1] Cf. www.worldpopclock.com. Nombre de pays ne disposant pas d’un système censitaire fiable, ou ayant des données trop anciennes, on peut considérer que l’incertitude concernant les effectifs de population mondiale est approximativement de 2 à 3%.

[2] Les projections de population dépendent des hypothèses formulées pour la fécondité, la mortalité, les migrations, et nécessitent donc des réajustements permanents. Hors évènements de rupture (guerre, épidémies, cataclysmes…), les évolutions démographiques sont cependant suffisamment lentes pour offrir une relative fiabilité à moyen terme.

[3] Cf. Tous les pays du monde, Population et sociétés n° 480, juillet 2011.

[4] 200 millions de réfugiés écologiques d’ici 2050 selon les estimations du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)

[5] sachant cependant que les définitions varient beaucoup selon les divers pays de la planète.

[6] Pour produire la même valeur ajoutée qu’un travailleur agricole Danois, il faut 1,3 Français ou Etasuniens, 2,2 Espagnols, 11 Brésiliens, 40 Égyptiens, 210 Bengalis, 610 Mozambicains.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.