L’économie circulaire

Auteur : Dominique  BONET FERNANDEZ, IPAG LAB et CRET-LOG, Aix-Marseille Université. Courriel : dominique.bonet@univ-amu.fr

L’économie circulaire (EC) est un nouveau modèle économique conciliant économie et préservation de l’environnement dans une approche sociale. Le concept encore jeune, s’inspire de la formulation et de la théorie du cradle to cradle [1]. L’économie circulaire s’oppose au système économique linéaire basé sur l’idée d’une planète offrant des réserves de ressources naturelles infinies. Evoqué lors des Grenelles de l’environnement, le concept a été officialisé par l’ouverture en France de l’Institut de l’Economie Circulaire, à l’initiative du député François-Michel Lambert, le 6 février 2013[2].

Nos travaux de recherche sur l’économie circulaire s’inscrivent dans le cadre des ateliers de l’Institut.[3]. Dans ce mode de gestion de l’environnement, issu de l’écologie industrielle, nous distinguons trois niveaux de mise en œuvre : région, zone industrielle et entreprise. Son objectif est de stimuler le développement économique local et ainsi la création d’emplois tout en réduisant l’impact de l’activité humaine sur l’environnement et les ressources par une coopération des acteurs locaux. L’EC représente un mode de management innovant, générateur de développement économique et social, de création d’entreprises.

♦ L’économie circulaire : modèle et composants

La raréfaction des matières premières non renouvelables, le trading des prix dans un contexte mondialisé et les conséquences environnementales d’un système économique linéaire appellent un changement de paradigme.

De nouveaux modèles économiques plus rentables et vertueux concilient économie et préservation de l’environnement et de l’emploi local. Il s’agit de concevoir des produits en pensant dès leur naissance à ce qu’ils deviendront en fin de vie, de transformer les déchets en matière première secondaire réutilisée pour la fabrication des produits, de réduire les résidus industriels, de préserver les ressources, de réduire l’impact environnemental de l’activité et de gagner en compétitivité. Telles sont les principes de l’Economie Circulaire qui aboutit à la création de synergies territoriales entre acteurs économiques et à la création d’emplois (extrait du rapport de présentation de l’IEC, 2013).

Pour les précurseurs de ce modèle,  Stahel et Reday (1976a ; 1980), les avantages d’une économie circulaire pour une gestion durable des ressources sont multiples. Ils sont décrits depuis près de 40 ans mais n’ont commencé à voir le jour dans des réalisations politiques que récemment, par exemple dans la directive de l’Union Européenne (UE, 2008) concernant les déchets (Stahel, 2001a). Les auteurs soulignent les facteurs  permettant d’expliquer la difficulté d’une mise en œuvre efficace. « Le monde politique a toujours tendance à régler les problèmes économiques en poussant à la croissance dans la perspective de l’économie de production industrielle – «prime à la casse», par exemple mise en oeuvre dans 22 pays en 2010 – ou en se focalisant sur des points particuliers, notamment les solutions concernant l’environnement ». La recherche de solutions durables et systémiques, traitant à la fois des questions économiques, sociales et environnementales, a été compromise par les structures «en silo» des administrations publiques, des universités et de nombreuses entreprises. Stahel (2001) a montré que la plupart des solutions durables sont intersectorielles et interdisciplinaires.

Le concept d’EC est nouveau en France. Il n’en existe pas de définition officielle. En Chine, la loi du 29 août 2008 « Circular Economy Law of the People’s Republic of China »[4] a pour projet de promouvoir l’EC pour améliorer l’utilisation des ressources et protéger l’environnement et ainsi permettre un développement durable (art.1). L’article 2 de cette loi définit l’EC comme étant « un terme générique utilisé pour désigner l’ensemble des activités de réduction, de réutilisation et de recyclage menées durant le processus de production, de circulation et de consommation ». Elle évoque donc le concept des 3 R (Reduce, Reuse, Recycle). La réduction concerne à la fois la consommation des ressources et la production de déchets. La réutilisation comprend la reconversion des déchets comme nouveaux produits ou composants de produits alors que le recyclage considère que les déchets sont utilisés comme matières premières. L’article 3 du même chapitre énonce les principes de développement du concept d’EC. « Il requiert la réalisation de plans d’ensemble, une répartition rationnelle, un ajustement des mesures aux conditions locales, de même qu’il requiert que l’on se concentre sur les effets réels. Le développement d’une EC doit être initié par le gouvernement, guidé par le marché, réalisé par les entreprises et par la participation du public », Payre, (2013).

Cette loi implique tous les membres de la société, les institutions publiques en charge d’initier et de contrôler, les entreprises  qui doivent le mettre en œuvre ainsi que les citoyens. Nous sommes donc dans le cadre d’une politique globale qui engage la société à tous les échelons. Pour ce qui est de la politique de réduction, elle est encouragée et menée par le gouvernement central qui donne les directives, encourage la recherche, supervise les grandes entreprises industrielles, minières ou grandes consommatrices d’eau. C’est l’Etat qui agit dans les différents secteurs de l’activité économique : agriculture, industrie, services, bâtiment pour réduire les consommations de ressources, que ce soit les matériaux ou l’énergie.

Pour ce qui est de la réutilisation et du recyclage, les actions sont surtout menées au niveau local par la création de zones de collaborations inter organisations permettant d’échanger les bonnes pratiques mais aussi les matériaux et les déchets (art.29). Ainsi, sont encouragés la création de parcs industriels dans lesquels l’énergie générée par l’un sera utilisée par l’autre (art 32), les déchets de l’un serviront de matière 1ère à l’autre (art 34). La récupération et le recyclage, que ce soient des déchets agricoles, forestiers ou technologiques, donnent naissance à un réseau d’échanges.

Cette loi donne donc un cadre global au développement d’une économie frugale dans l’utilisation des ressources et incitant au traitement des déchets et à leur récupération dans un nouveau processus de production.

L’EC peut être décrite comme un processus mobilisant 7 concepts clés :

– L’écoconception des produits où la conception des produits intégrant leur recyclage, tel la Renault Clio IV[5].

– L’écologie industrielle  mettant en réseau, entreprises et collectivités pour mutualiser leurs ressources, tels les sites Ecopal[6] à Dunkerque ou Kalundburg au Danemark[7].

– L’économie de fonctionnalité consistant à vendre l’usage plus que le bien, tel Elis qui loue plutôt qu’il ne vend le linge professionnel.

– Le réemploi du produit, en seconde main

– La réparation des produits

– La réutilisation en tout ou partie (pièces)

– Le recyclage ou la réutilisation des matières première.

En résumé, l’EC, fondée sur l’écologie industrielle est un terme générique pour une économie industrielle, qui est dans sa conception et son intention même, régénératrice des biens consommés. Ceux-ci doivent être conçus pour être réutilisés, avec une haute qualité et sans nuire à la biosphère. L’EC tend vers l’utilisation des énergies renouvelables, cherche à éliminer les produits chimiques toxiques et vise un recyclage optimal du produit en fin de vie.[8]

D’après les éléments repérés dans la littérature internationale (Zhu, 2010), la définition de l’EC, au regard du triptyque du développement durable, n’est qu’une réponse à deux des trois sphères, la sphère sociale ne trouve pas sa place explicitement dans les travaux existants. De plus, l’absence, a priori, d’indicateurs et de méthodologie de création d’un tableau de bord « Economie Circulaire » pour les entreprises risque de mettre en péril son développement sur le terrain. Sans données empiriques, l’entreprise ne peut pas faire état de sa progression et de l’impact de sa politique d’EC, ni diffuser les « bonnes pratiques ».

♦ Economie circulaire et emploi

Pour Stahel (1982), « L’emploi est au cœur du pilier social du développement durable. En outre, remplacer d’autres ressources par le travail est une solution intelligente pour d’autres raisons encore, qui tiennent à la nature même du travail. C’est en effet la seule ressource renouvelable dotée d’une caractéristique qualitative. Le travail est la plus polyvalente et la plus adaptable de toutes les ressources. C’est l’unique ressource capable de créativité et douée de la possibilité de produire des solutions innovantes ». Pour l’auteur, un marché du travail florissant constitue un objectif public de premier ordre. Les gouvernements investissent en moyenne dix ans dans l’éducation et la formation professionnelle, afin que les jeunes acquièrent des compétences professionnalisantes. Par ailleurs, le chômage -des ressources humaines gaspillées- engendre une grande dépense pour les gouvernements et des coûts d’opportunités pour l’économie. A cela s’ajoute que le travail est une énergie à zéro carbone: les émissions humaines de CO2 sont les mêmes, qu’une personne travaille ou qu’elle soit au chômage.

L’ADEME s’est intéressée pour la première fois en 2012 à l’organisation et aux activités du secteur du réemploi, de la réutilisation et de la réparation. Ces secteurs connaissent un essor assez important depuis quelques années, notamment en raison d’un contexte économique et financier difficile. Ainsi le réemploi, phénomène en croissance, génère 1.250 M€ de CA et 18.400 emplois.[9]  Le cas de la société Xerox aux Etats Unis fournit des éléments de mesure de l’impact d’une politique de récupération, avec 70 à 90% du poids des copieurs réutilisés et 77000 tonnes de déchets revalorisés, par an, (Harvard Business School, 1995).

Pour Stahel (1982), les activités de réutilisation, de réparation et de remise à neuf, caractéristiques de l’EC, peuvent se comparer à celles d’une des phases de l’économie de fabrication, celle de la transformation des matières de base en produits finis. Avant le remplacement de la main-d’œuvre, dans la production, par des robots, cette phase demandait peu d’énergie mais beaucoup de travail. Pour l’auteur, le travail est différent des autres ressources renouvelables du fait que la main-d’œuvre est créative, polyvalente et adaptable. Elle peut gagner en qualification par le biais de l’éducation. L’auteur s’appuie sur Schumacher (1973) affirmant que «Toute l’histoire -de même que l’expérience actuelle- met l’accent sur le fait que c’est l’homme, et non pas la nature, qui fournit la ressource primaire: le facteur clé de tout développement économique vient de l’esprit humain…nous pouvons dire que l’éducation est la ressource la plus vitale.»

Enfin, l’EC a besoin d’ouvriers qui connaissent bien les technologies traditionnelles. En comparaison avec les processus traditionnels de fabrication, la somme de travail engagée dans l’économie circulaire est plus élevée. D’une part, les économies d’échelle y sont limitées, en termes de géographie et de volume, et, d’autre part la remise à neuf comprend les étapes supplémentaires que sont le démontage, le nettoyage et le contrôle de qualité, étapes qui sont absentes dans la fabrication. «Environ trois quarts de toute la consommation industrielle d’énergie sont liés à l’extraction ou à la production de matériaux de base, tels l’acier et le ciment, alors qu’à peu près un quart seulement est utilisé dans la transformation depuis la matière brute jusqu’aux produits finis, tels des machines ou des édifices. L’inverse vaut pour le travail. En effet, la transformation des matériaux en produits finis nécessite environ trois fois plus de travail qu’il n’en faut pour la production des matériaux.» (Stahel 1982).

Pour l’auteur, l’EC permet de maintenir localement à la fois l’emploi et les savoir-faire traditionnels. « Le progrès technologique modifie autant les compétences que les produits. Prendre soin du capital fabriqué (le stock) signifie donc également prendre soin des métiers et du savoir-faire qui s’y rapportent. Entretenir des cathédrales médiévales n’est possible que si on dispose de maçons capables de tailler la pierre. Continuer à faire circuler des voitures anciennes présuppose que l’on trouve des mécaniciens en mesure de régler un carburateur Solex. Gérer et entretenir les salles de contrôle électromécaniques d’une station hydroélectrique demande des experts possédant la connaissance de ces équipements », Stahel, (1982).

Etant donné que la connaissance des technologies anciennes et des savoir-faire sont indispensables pour remettre en état l’infrastructure et les équipements, la prolongation de la durée de vie de ces derniers crée des opportunités d’emploi significatives pour les travailleurs senior. Ainsi, la poursuite du travail (à temps partiel) vient compléter les rentes publiques et professionnelles et l’épargne.

L’auteur préconise de maintenir les compétences techniques et le savoir-faire du capital humain en même temps que le capital manufacturé, un ensemble qui rendra possible une exploitation à plus long terme des opportunités de l’EC, tout en augmentant l’utilisation efficace des matériaux.

  Références

– Bonet Fernandez, D et Petit, I., (2013)  «Quels indicateurs de performance sociétale pour l’Economie Circulaire ? » Colloque EIDEV,  Aix Marseille Université/IPAG BS, 21 juin.

– Capron M. Quairel F., (2004) Mythes et réalités de l’entreprise responsable, La Découverte

– Payre, L., (2013), Les facilitateurs et les freins d’une économie circulaire, Mémoire de Master 2, Ipag Business School, Paris.

-Petit, I et Bonet Fernandez D, «Influence de l’Économie Circulaire sur la performance et l’impact sociétal des entreprises», 4ème Journée Innovations financières et sociétales, entrepreneuriat et gouvernance territoriale autour de la Méditerranée, Nice, 5 juillet 2013 avec I. Petit.

– Stahel, W.R. and Reday G., (1976), The potential for substituting manpower for energy, report to the Commission of the European Communities, Brussels,

– Stahel W.R. and Reday G., (1981), Jobs for Tomorrow, the potential for substituting manpower for energy, Vantage Press New York, N.Y.

– Stahel, W.R., (1982), The Product-Life Factor, www.product-life.org

– Stahel, W.R., (2001), « Les déchets – les éliminer, les revaloriser ou les éviter? » Michaud, Yves (éd.) Université de tous les savoirs, volume 5, Editions Odile Jacobs, Paris. p.523 – 533.

– Suchman M.C., (1995), “Managing Legitimacy: Strategic and Institutional Approaches”, Academy of Management Review, Vol.20, n°3, p.571-610

Zhu, Q, Geng, Y,  Kee-hung, L, (2010), “Environmental Supply Chain Cooperation and Its Effect on the Circular Economy Practice-Performance Relationship Among Chinese Manufacturers”, Journal of Industrial Ecology14. 3 (June),  405-419.

♦ Notes

[1] Michael Braungart et de William McDonough, fin des années 1980.

[3] http://www.institut-economie-circulaire.fr/Les-ateliers-de-travail_a22.html

[4] Traduction anglaise proposée par Squire, Sanders & Dempsey, disponible en ligne sur : http://www.chinaenvironmentallaw.com/ wp-content/uploads/2008/09/circular-economy-law-cn-en-final.pdf

[5] http://www.renault.com

[6] Créée en 2001, Ecopal est un pionnier de l’écologie industrielle. De quelques membres à l’origine, l’association compte aujourd’hui plus de 200 adhérents, grandes entreprises, PME, associations ou particuliers de secteurs d’activités variés, rassemblés autour de la même volonté : favoriser le développement durable local. Source : www.ecopale.org

[7] Exemple de symbiose industrielle, réseau environnemental et de ressources entre Asnaevaerket, une usine de production d’électricité au charbon, la plus grande du Danemark, la raffinerie Statoil, la plus grande aussi du Danemark, Gyproc qui fabrique du placoplâtre et d’autres matériaux de construction, Novo Nordisk , société pharmaceutique, et la ville de Kalunborg comme prestataire de services et fournisseur d’électricité et d’eau. Récemment deux entreprises ont rejoint le réseau de symbiose. http://www.ecoparc.com/ecologie-industrielle/kalundborg.php

[8]Source:www.institut-economie-circulaire.fr/Les-ateliers-de-travail_a22.html

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.