La Région Sud : un territoire foisonnant d’initiatives en économie de proximité, circulaire, numérique

Une étude[1] réalisée sur des initiatives économiques de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur témoignent que la région est un territoire économiquement actif et dynamique, déployant une large palette d’activités.

L’observation a porté sur des initiatives relevant de trois champs économiques (économie de proximité, circulaire et numérique) qui font aujourd’hui l’objet d’analyses et de stratégies dédiées, mais dont la complémentarité est à rechercher pour construire un modèle économique porteur de sens et des territoires où il fait bon vivre.

La notion d’initiative concerne une action innovante, ouvrant des voies nouvelles, porteuse de solution(s) au regard des défis contemporains. Son contenu peut être très varié, allant par exemple d’une action R&D (programme de recherche, démonstrateur) à la création d’une éco-activité, en passant par la création d’une plateforme en ligne, la mise au point d’un écoproduit, la réalisation d’un circuit-court et de proximité, etc. 


400 INITIATIVES IDENTIFIÉES EN ÉCONOMIE NUMÉRIQUE, ÉCONOMIE CIRCULAIRE ET DE PROXIMITÉ

Les initiatives donnent à voir l’ingéniosité, l’inventivité de nombreux porteurs de projets privés, publics ou associatifs, qui contribuent à une mutation de l’économie. Un « Mur d’images[2] » permet de rendre compte de ce foisonnement et de valoriser les initiatives dans les différents champs.

Selon le Conseil économique, social et environnemental (2010), l‘économie de proximité « se définit d’abord comme un mode d’organisation de l’économie autour de la relation directe : relation des entreprises avec les consommateurs, relations entre entreprises, ancrage dans la vie locale. Son objectif est d’augmenter le bien-être en valorisant le territoire par les acteurs qui l’habitent et pour eux. Elle se définit ensuite par son rapport au développement local. Elle est source d’emplois induits et renforce la vitalité du territoire ». 

151 initiatives s’inscrivent dans le champ de l’économie de proximité, appartenant pour partie à la sphère présentielle en réponse à une demande locale de ménages ou d’entreprises (ex. vente directe, circuits courts, réponse à des besoins de proximité, monnaie locale…). D’autres, en lien direct avec les ressources territoriales (filière d’élevage d’agneaux bio, transformation de produits agricoles locaux, biométhanisation..) relèvent de la sphère non présentielle (dites « exportatrice »).

Économie circulaire (Code de l’environnement, article L. 110-1-1, résultant de la loi du 17 août 2015). « La transition vers une économie circulaire vise à dépasser le modèle économique linéaire (…) en appelant à une consommation sobre et responsable des ressources naturelles et des matières premières primaires ainsi que, par ordre de priorité, à la prévention de la production des déchets notamment par un réemploi et une réutilisation et, à défaut, un recyclage des déchets, des matières premières secondaires et des produits. La promotion de l’écologie industrielle et de la conception écologique des produits, l’utilisation de matériaux issus de ressources naturelles renouvelables gérées durablement, l’allongement de la durée du cycle de vie des produits, la prévention des déchets, des polluants et des substances toxiques, le traitement des déchets en respectant la hiérarchie des modes de traitement, la coopération entre acteurs économiques à l’échelle territoriale pertinente dans le respect du principe de proximité et le développement des valeurs d’usage et de partage et de l’information sur leurs coûts écologique, économique et social, contribuent à cette nouvelle prospérité ».

142 initiatives répondent à une démarche d’économie circulaire, selon les principes définis par l’ADEME (3 domaines d’actions et 7 piliers). Sont ainsi retenues les initiatives relevant de : l’écoconception (agroécologie, écoproduit, écotechnologie, écotourisme…), l’approvisionnement durable (centrales villageoises, filière hydrogène…), l’écologie industrielle et territoriale (écosite, synergies industrielles, mutualisation..), l’économie de fonctionnalité (conciergerie, autopartage…), la réduction et le traitement responsable des déchets (ressourcerie, compostage, méthanisation…).

Économie numérique. À ce jour, il n’existe pas de définition de l’économie numérique. Longtemps restreinte aux technologies de l’information et de la communication (TIC), l’économie numérique ne se cantonne pas à une activité industrielle. Elle renvoie à des réalités différentes (sites internet, applications Smartphone, réseaux sociaux, commerce électronique, objets connectés, intelligence artificielle …). Ce faisant, le numérique a un effet disruptif sur toute la société (changement du comportement des consommateurs, transformation des organisations y compris dans leur fonctionnement, outillage des usages de proximité, création de nouveaux domaines d’activités économiques…).

107 initiatives appartiennent à l’économie numérique. L’économie numérique découle de la production et de l’utilisation de produits et outils numériques. Porteuses d’opportunités d’affaires, les applications numériques sont autant de solutions en matière de préservation de l’environnement, de gestion de déchets, d’amélioration de la santé… et sont susceptibles de favoriser des économies de proximité et circulaire. La grande majorité des initiatives concernent trois grands types d’action : e-activités (commerces, services, santé), plateformes en ligne, technologies digitales (internet des objets, systèmes cyberphysiques, cobotique, réalité augmentée, intelligence artificielle, maquette numérique…).

ECONOMIES DE PROXIMITÉ, CIRCULAIRE, NUMÉRIQUE : QUELLE COMPLÉMENTARITÉ ?

Les trois économies ont besoin l’une de l’autre. L’économie de proximité peut contribuer à un environnement de qualité et attractif aux actifs qu’emploient les organisations de l’économie circulaire et du numérique, offrir des produits de terroir, animer, organiser des espaces de mutualisation, maintenir des solidarités locales… L’économie circulaire peut contribuer à relocaliser la production et renforcer les échanges. Quant à l’économie numérique, elle  peut être un facilitateur de proximité (e-service d’aide à la personne, plateforme de mise en lien offre/demande en circuits d’approvisionnement court et de proximité…).

L’hybridation des trois champs économiques interroge la gouvernance territoriale, en termes de facilitation, animation : accompagnement de startups, visibilité de projets, appui aux TPE/PME locales à même de redistribuer ou réinvestir des profits sur le territoire, contribution à des boucles locales (ex. une agriculture connectée à des TPE/PME agroalimentaires et à des circuits de proximité), construction de passerelle entre les acteurs territoriaux et le monde de la recherche pour favoriser l’accès aux connaissances scientifiques, co-construction de solutions/outils/projets davantage centrés sur les usages et les territoires.

DE NOUVELLES LOGIQUES SECTORIELLES, TERRITORIALES ET INSTITUTIONNELLES  OÚ S’HYBRIDENT LES TROIS ÉCONOMIES

Les initiatives mettent en exergue de nouvelles logiques sectorielles, territoriales et institutionnelles.  

Des logiques sectorielles en évolution. De nombreuses initiatives mettent en avant une évolution des pratiques et des stratégies d’acteurs.

Ainsi, dans le cadre de la mise en place de circuits alimentaires courts et de proximité, des producteurs maraîchers et des éleveurs des départements alpins découvrent et se tournent vers le marché de la restauration collective quand l’approvisionnement local pénètre peu à peu les professionnels des cantines scolaires. Sur un autre territoire, des agriculteurs indépendants créent de la mise en commun : sites internet de mise en relation producteurs/consommateurs, réseau de producteurs, marché paysan….

Autre exemple, des industriels prennent conscience de leur territoire, en mutualisant leur force, initiant des échanges interindustriels (co-produit, réseau de vapeur…).

D’autres initiatives illustrent de nouvelles stratégies d’innovation où l’usager devient acteur dans la fabrique du produit/service numérique.  

Des initiatives qui font territoire. Les initiatives interagissent avec le territoire, au travers de la localisation de leurs porteurs, de leur périmètre d’action (plus ou moins étendu), de l’utilisation durable des ressources locales, de leurs retombées (nouveaux produits/services, évolution des emplois/activités, changement de pratiques…) jusqu’à s’inscrire pour certaines dans une logique d’écosystèmes et dans un processus de « spécification territoriale ». Ce dernier est entendu comme « un processus par lequel les organisations concentrées en un même lieu créent entre elles des relations institutionnalisées tellement denses et ouvertes qu’elles acquièrent collectivement la capacité de multiplier les combinaisons d’actifs spécifiques. Elles construisent un territoire capable de répondre de manière innovante à des problèmes productifs nouveaux »[3].

Trois initiatives illustrent ce propos :

– L’initiative du Réseau de Gouvernance Alimentaire Locale (RéGAL, Digne les bains, 04) témoigne de la faisabilité d’une restauration scolaire en circuit-court et ébauche la construction d’un « système agroalimentaire localisé », défini comme « un ensemble d’organisations de production et de service (unités de production agricole, entreprises agroalimentaires, commerciales, de services, restauration) associées à un territoire spécifique par leurs caractéristiques et leur fonctionnement. Le milieu, les produits, les hommes, leurs institutions, leur savoir-faire, leurs comportements alimentaires, leurs réseaux de relations, se combinent dans un territoire pour produire une forme d’organisation agroalimentaire à une échelle spatiale donnée »[4].

Les 10 années d’existence du réseau ont permis de consolider progressivement et pérenniser la rencontre entre la demande de la restauration collective (RC) et l’offre agricole. Cela a été permis par l’instauration d’un climat de confiance (rencontre physique, compréhension des intérêts agriculteurs/chefs de cuisine, points de blocage et recherche de solutions…) et un accompagnement des producteurs et de la RC par rapport aux contraintes (viabilité économique pour les producteurs dès la première livraison, acceptabilité financière pour les demandeurs).

Au-delà de la structuration d’un circuit de commercialisation, RéGAL a permis la synergie d’acteurs de la chaîne alimentaire, la mise en place de filière d’intérêt territorial (agneau), le maintien d’activités et d’emplois autour du « manger local et de qualité ». 

– Le Pôle Yvon Morandat à Gardanne (13) renvoie à l’élaboration d’une offre de site spécifique, qui s’inscrit dans une volonté de revitaliser le territoire durement marqué par la fermeture de la mine en 2003 et la perte de 1000 emplois. De la logique de spécialisation (bassin minier), une dynamique de spécification se dessine avec le pôle.

Initié par la Ville de Gardanne et aménagé par la SEMAG, le pôle est labellisé Ecoquartier et Quartier durable méditerranéen. Le pôle présente de nombreux atouts pour les entreprises : situation géographique, disponibilité foncière, géothermie, accueil et accompagnement des entreprises. Au-delà de ces « actifs génériques », la dimension innovation du projet est importante. L’approvisionnement énergétique repose sur la géothermie sur eau de mine de charbon (une première en France) et le photovoltaïque. Afin de limiter l’usage de la voiture, des transports alternatifs sont développés (bus, navettes, service de location de vélos et trottinettes électriques, application de covoiturage) et les parkings d’entreprises doivent limiter les places de stationnement.

Des structures mutualisées sont proposées aux entreprises (Hôtel/pépinière d’entreprises, restaurant, crèche inter-entreprises, service de conciergerie solidaire, hébergement hôtelier…). Un centre de culture scientifique « le Puits de Sciences » est ouvert au grand public. La volonté est de concilier développement de la zone d’activités et dynamisation du centre-ville. L’opération devrait permettre la création de plus de
1000 emplois et des retombées économiques importantes  pour la ville de Gardanne. 

– La Plateforme industrielle et d’Innovation du Caban Tonkin (PIICTO, Fos, 13), s’inscrit par le tournant de l’écologie industrielle dans une trajectoire où la logique d’agglomération (juxtaposition sur un même lieu d’entreprises, peu liées entre elles) s’estompe au profit d’une spécification de territoire « écosite industrialo-portuaire de référence dans la zone Sud-Europe ».

L’association PIICTO nait en 2014 à l’initiative d’un groupe d’industriels et suite à la mise en redressement judiciaire de l’un d’entre eux. Il s’ensuit une mobilisation d’acteurs (Union des industries chimiques Méditerranée, collectivités locales, GPMM), compte tenu des opportunités du site par rapport au marché industriel : géographie (proximité Aix et Marseille, Port maritime…), disponibilité du terrain, aspects logistiques (ferré, mer, fluvial, réseau important de pipeline), compétence professionnelle (main d’œuvre qualifiée, centres de formation, université), sous-traitance expérimentée, utilités (vapeur, gaz naturel, hydrogène…). Plusieurs objectifs vont alors être fixés à PIICTO (favoriser l’implantation de nouveaux industriels, améliorer l’image industrielle de la zone à travers une démarche environnementale, faire émerger des synergies industrielles (énergies renouvelables, réseau vapeur), investir dans l’innovation (plateforme Innovex, démonstrateurs industriels), renforcer le climat de confiance entre les différentes parties prenantes locales (industriels, collectivités, autorité portuaire, services de l’Etat, etc.).

PIICTO est parvenu à lancer une dynamique sur le territoire : conventions avec les pôles de compétitivité (transition énergétique, valorisation, innovation…), structuration de partenariats avec la Métropole et la Région, synergies industrielles (mise en place d’un réseau vapeur, valorisation de boues, mutualisation de services…), projets innovants dont ICaRe (réutilisation des boues de décarbonatation en substitution de chaux pour le traitement des fumées des usines), projet Vasco2 (récupération du CO2 émis par les usines pour nourrir des micro-algues potentiellement utilisables dans la chimie bio-sourcée et/ou comme additif de bio-carburant).

Des logiques institutionnelles renouvelées. Le développement de circuits courts et de proximité, l’appui aux démarches d’écologie industrielle, l’incitation à une gestion responsable des déchets, etc. sont le fruit d’une évolution des politiques publiques dans le sens de la transition écologique et du développement durable. Les collectivités territoriales (Région, Départements, Métropoles…) tissent des partenariats étroits pour favoriser des projets. Ainsi, RéGAL a vu le jour par la mobilisation d’un acteur -le Pays de Haute Provence- relayé à la disparition de ce dernier par la Région et le Département des Alpes de Haute Provence, mus par une recherche de cohérence de moyens et de mutualisation (financement à parité de la structure d’animation et des actions). Le même état d’esprit anime le Conseil départemental et la Chambre d’agriculture du Vaucluse dans la plateforme Agrilocal84 où, dans le cadre d’un marché public et de leur compétence, les deux institutions vont partager l’animation de réseaux, pour le premier celui des collèges (acheteurs), pour l’autre celui des fournisseurs. Dans la même veine, le projet Neptune porté par le Pôle Mer Méditerranée témoigne aussi d’innovation sociale dans le principe de financement européen « en cascade », dans les procédures de financement de projets d’entreprises (financement direct des entreprises et d’études de marché, accès aux financements européens…) mais aussi dans la construction d’appels à projets européens et du développement d’une méthodologie d’évaluation des projets. 

EN CONCLUSION….

Dans une perspective de maintenir/créer localement de l’emploi et des revenus, il faut développer de nouvelles valeurs ajoutées économiques, sociales, environnementales dans l’espace régional. Au-delà des politiques d’attractivité territoriale et de stratégies dédiées (économie de proximité, circulaire ou numérique), l’action publique devrait s’inscrire dans une vision systémique du développement territorial, susciter et accompagner les logiques endogènes d’émergence de projets issus des territoires et par là-même construire des environnements propices à leur réalisation, dynamisation et ancrage, en combinant les trois économies.

Dans ce contexte, le territoire doit être positionné au cœur de la réflexion stratégique des acteurs publics ou privés[5]« comme un construit à la confluence d’une proximité géographique et relationnelle, en vue d’exploiter des ressources propres, difficilement imitables ou délocalisables[6] », afin d’engendrer des solutions inédites.

Lazzeri Y, Chiappero M., Gracia Campo J., Kacioui- Maurin E., Latz A., Mésini B., Michon V. (Livinglab T.Créatif, CNRS, Aix-Marseille Université)

[1] Etude portant sur la caractérisation des dynamiques du développement économique territorial en région Sud. Cette étude a été́ menée en 2018-2019 dans le cadre d’un partenariat entre la Région et le LivingLab T.Créatif® (CNRS-Université d’Aix-Marseille).

[2] Le « mur des 400 » est développé par E. Carroll, UMR Telemme (AMU-CNRS) : http://circe.mmsh.univ-aix.fr.

[3] GARNIER J., 2005, Proximités lourdes, proximités légères : une trajectoire de l’appareil productif dans l’aire métropolitaine marseillaise, Géographie, Économie, Société, n° 4, Vol. 7, P. 369.

[4] MUCHNIK J., REQUIER-DESJARDINS D., SAUTIER D., TOUZARD J.M., 2007, Les systèmes agroalimentaires localisés, Economies et sociétés, série Systèmes alimentaires, 29, p. 1465-1484. Définition reprise par le GIS Syal.

[5] ASSELINEAU A., 2010, « Quand un « cas d’école » d’innovation stratégique est un échec…Une lecture en termes de légitimité », Revue française de gestion, n° 203, p. 71-83

[6] ASSELINEAU A., ALBERT-CROMARIAS A. et DITTER J.-G., 2014, L’écosystème local, ressource clé du développement d’une entreprise, Entreprendre & Innover, n° 23, p. 59.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.